Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Comme il y a des coups de cœur au théâtre, et des gros parfois, il y a des aussi des peines d’ennui. Ce spectacle y ressemble malheureusement.

 

L’histoire se fourvoie dans des brides de récit aux alentours épiques, incertain et sans doute trop banal. Les pertes d’attention se multiplient. La mise en scène peine à ne pas trop alourdir le texte. Heureusement, les comédiens s’en sortent grâce à une technique sure mais les sensations n’impressionnent pas et n’atteignent pas l’émotion.

 

Le tout est ennuyeux et à la longue lasse, hélas.

 

Il s'agit de la rencontre entre deux personnes, que rien ni quiconque ne pouvait prévoir. Le hasard sans doute ou la syncronicité peut-être. Un homme et une femme se retrouvent dans un bar comme dans un rêve ou une pensée divagante. Peu de points communs les rassemblent de toute évidence, ni la culture, l’éducation, le statut social ou les gouts. Les désirs d’ailleurs peut-être, ceux d’être autrui aussi ? La solitude surement.

 

Le bar dans lequel s’installe l’homme ne semble pas choisi. Pourquoi est-il là ? Une pause impromptue, un désir de rencontre fortuite, on ne sait pas (ce qui en soi n’est pas un problème au théâtre). La serveuse ne le connait pas. Elle reste seule dans le bar avec lui. La voix vivante du poste de télévision rappelle la vie extérieure et s’interpose presque entre les deux prisonniers de cette solitude ravagée.

 

La conversation s’engage, entretenue par l’homme. Les phrases prononcées deviennent peu à peu logorrhées puis chant et contre-chant s’entremêlent pour former une polyphonie sans harmonie. Les interventions rieuses de « la télévision » coupent le dialogue sans y apporter une forme de sens.

 

Un texte peu compréhensible et ne présentant pas à première vue de théâtralité supplétive. Une mise en scène de convenance. Des jeux d’acteurs « autant que faire se peut » mais propres.

 

Une laborieuse entreprise qui ne convainc pas.

 

 

D’Olivier Rolin. Mise en scène : Daniel Mesguich. Lumières et sons : Daniel Mesguich, assisté de Gaylord Janvier. Costumes : Dominique Louis. Décors : Camille Ansquer.

 

Avec : Alexis Consolato, Sterenn Guirriec et Daniel Mesguich.
 

 

Festival Avignon Off 2017

 

Du 7 au 30 juillet à 12h15 (relâche le lundi) - 8 bis rue Sainte-Catherine – 04.90.86.74.87 – www.chenenoir.fr

 

Partager cet article

Repost 0