Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Génial !...

 

Un spectacle nécessaire et captivant. Du théâtre contemporain comme on l’aime. Provocateur et provoquant, intransigeant et subversif.

 

Un spectacle à l’intelligence féroce et sans concession qui dénonce la réalité d’une femme livrée aux violences qui lui sont faites depuis son enfance comme celles plus troubles qu’elle s’inflige elle-même en incarnant le rôle, sans la place, de la femme fatale et désirable. Tellement désirable qu’on la déchire comme une poupée quand on ne veut plus jouer avec elle. Une femme troublante autant que troublée qui cultive le désir pour quérir son émancipation.

 

Un coup de pied dans la fourmilière des stéréotypes qui trainent toujours et encore sur les femmes audacieuses et vainqueuses dès qu’elles se délivrent, s’émancipent et vivent selon leurs désirs.

 

Quel beau portrait de femme, cru et cruel. Un témoignage comme un symbole de la condition féminine et de son incessant combat pour la liberté.

 

La pièce est adaptée de « La boite de Pandore », tragédie-monstre de Frank Wedekind, écrite en 1894 et qui n’a pu être créée qu’en 1988. Le parti-pris de l’adaptation de Sabrina Bus et Natascha Rudolf dessine les contours plus personnels et intimes de l'héroïne de la pièce originale et dépeint une femme maltraitée et maltraitante, meurtrie et meurtrière, qui entremêlent ses plaisirs pour les rendre plus ardents, sans limite et sans peur.

 

Une belle ode à la sensualité mêlée de désirs. Lulu détonne avec violence et étonne par son courage de jeune femme qui brise par tous les moyens les chaines machistes qui l’emprisonnent. Elle nous touche et nous surprend. Son jusqu’au-boutisme mortifère nous subjugue.

 

Le texte est délibérément tapageur. Il cherche à pointer du doigt pour les dénoncer les jougs de la pensée dominante, d’une bourgeoisie à la culture rétrograde et au machisme crasse et liberticide.

 

Lulu est confrontée aux hommes dans son entourage immédiat. Elle lutte pour la liberté de vivre sans tabou ni détour une sexualité de femme qui cherche son plaisir, sa fierté et son bonheur.

 

La confusion est grande dans sa vie. Moments heureux et malheureux se succèdent. Plaisirs sexuels, liaisons choisies, viols d’inceste et prostitutions forcées se confondent. Comment ne pas comprendre alors que Lulu joue avec le sexe comme elle joue avec la mort.

 

La mise en scène de Natascha Rudolf est délibérément trash. Les jeux montrent la sauvagerie et les douleurs des personnages avec un volontarisme imperturbable.

 

Impressionnante performance de la comédienne Sabrina Bus. Juste, entière et implacable dans sa vérité. Les comédiens qui l’entourent, Brice Beaugier, Olivier Boudrand, Benoît Hamelin et Alexandre Jazédé sont brillants. Toute la distribution apporte une intensité vibrante et un engagement total dans les jeux. Époustouflant.

 

Un spectacle passionnant, une réalisation superbe. À voir absolument.

 

 

D’après « La Boîte de Pandore, une tragédie monstre » de Frank Wedekind. Adaptation de Natascha Rudolf et Sabrina Bus. Mise en scène de. Univers sonores de Yann Richard. Lumières de Cédric Enjoubault. Costumes de Sophie Carteron.

 

Avec Brice Beaugier, Olivier Boudrand, Sabrina Bus, Benoît Hamelin et Alexandre Jazédé.

 

Festival Avignon Off 2017

 

Jusqu’au 30 juillet à 12h30 (relâche le 26) – 8 rue Pétramale 04.90.25.96.05

 

- Photo © Séverin Albert -

- Photo © Séverin Albert -

- Photo © Séverin Albert -

- Photo © Séverin Albert -

- Photo © Séverin Albert -

- Photo © Séverin Albert -

Partager cet article

Repost 0