Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Quand Jacques Prévert raconte une histoire et que le théâtre s’en empare, la poésie court sur les paroles et les scènes, le réalisme romantique les colorent et le miracle survient.

 

Temps suspendus, moments crus ou intimes, rebondissements dramatiques. La tension se répand, notre écoute veille et nos yeux guettent les personnages immobiles, les regards qui s’échangent, les mots qui transpercent le brouillard des situations. La peur, la colère ou la violence surgissent et s’installent. L’amour plane, se pose et s’en va.

 

Jean et Nelly se rencontrent, tous deux fuyant leurs vies, tous deux espérant leur part de bonheur. Le milieu où ils se retrouvent, les gens qui les entourent et sans doute une bonne dose de malchance vont dessiner leur destin. L’intensité des moments heureux passés ensemble suffira-t-elle à déjouer leur malheur ?

 

L’adaptation de Philippe Nicaud respecte le tissage et l’esprit du scénario original de Prévert, les répliques douces et lascives des amoureux comme celles cocasses, cinglantes ou cruelles des autres personnages bien trempés.

 

Les accessoires et les lumières font le décor. La musique de l’accordéon joué en direct, un peu trop fort au risque de surpasser l’attention sur les jeux, participe de l’atmosphère dramatique à la manière des chansons réalistes populaires des années 1930. La mise en scène centre l’attention sur les émotions et favorise un climat trouble, tout en retenue.

 

Les comédiens sont vifs et engagés dans leur interprétation. Ils racontent cette histoire avec la crédibilité qui convient à leurs personnages. Elle et ils font ressortir toute la croustillance âpre et le velouté éphémère de ces âmes perdues, amoureuses ou désireuses d’amour, déçues ou éperdues de vie. Vaincues par le drame.

 

Un spectacle audacieux et réussi qui oscille entre réalisme et onirisme.

 

 

D’après le roman de Pierre Mac Orlan et d’après le scénario et les dialogues de Jacques Prévert du film culte de Marcel Carné. Composition musicale et mise en scène de Philippe Nicaud.

Avec Sylvestre Bourdeau, Pamphile Chambon, Idriss Hamida, Fabrice Merlo, Philippe Nicaud et Sara Viot.

                                                        


Les vendredis, samedis à 19h30 et les dimanches à 18h00

6 rue Pierre au lard, Paris 4ème

01.42.78.46.42 - www.essaion-theatre.com

 

- Photo capture d'écran du site du théâtre -

- Photo capture d'écran du site du théâtre -

- Photo capture d'écran du site du théâtre -

- Photo capture d'écran du site du théâtre -

- Photo capture d'écran du site du théâtre -

- Photo capture d'écran du site du théâtre -

- Photo capture d'écran du site du théâtre -

- Photo capture d'écran du site du théâtre -

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :