Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Quand le vernis craque, que reste-t-il de nos apparences ? Se pourrait-il que nous devenions nous-même alors ? Laissant tomber les masques, les espoirs et les joies, regardant jonchés au sol les reliques d’un passé heureux ou les restes d’un présent raté ? Andréa et Boris, amants à l’amour vif et décadent vont s’y confronter. Françoise, Éric et sa mère Yvonne y tâteront aussi.

 

Yasmina Reza, autrice à la plume ironique et acerbe, écrit ici une pièce remplie de moments de vie qui basculent, qui bousculent et qui disent ou non leur vérité aussi cynique et dévastatrice soit-elle.

 

La lisère entre la prestance et le lâcher-prise est fine, presque ténue, chez ces cinq personnages qui se livreront comme pour se délivrer peut-être, montrant une part de leur intimité, une autre de leur rancœur et plusieurs de leur impossible maîtrise de soi dans les situations tendues qui les réunissent inopinément. Se découvrant involontairement sans doute, inconsciemment aussi.

 

Bien sûr, Andréa ne peut accepter de bon cœur ce dîner dans un restaurant recommandé par l’épouse de Boris. Goujaterie ou maladresse de trop, cela ne passe pas. Elle qui se veut aimée, aimante et heureuse.

 

Bien sûr, Boris est écrasé par ses problèmes professionnels qui mettent en péril son équilibre personnel et familial. Excuse ou prétexte, cela ne peut justifier cette attitude de dominateur à la masculinité d’un machiste ordinaire cherchant le réconfort ou la soumission d’Andréa.

 

Bien sûr, cette petite famille venue fêter l’anniversaire d’Yvonne, ressemble tellement aux autres dans ses relations mère-fils fusionnelles, ses conflits intergénérationnels et ses ravages de la vieillesse arrivante. Évidence ou coïncidence, cela n’empêche pas les non-dits de se libérer ni les tensions de se relâcher.

 

Et puis il y a comme une symbiose passagère entre tous, dans ce petit monde créé le temps d’une soirée, comme une systémie d’alliances et de contraires. Des échanges ont lieu, portés par des élans affectifs, agressifs ou bienveillants, nous interpellant sur la simplicité de l’ouverture des failles, des brisures qui dénoncent et qui révèlent.

 

Sur toile de fond des aléas d’une bourgeoisie de province qui s’effrite, les solitudes s’attirent le temps d’instants fugaces, s’opposent le temps de scènes de colère aussi vives que courtes, découvrant des souffrances et des compromissions, des peines et des renoncements.

 

Un beau texte, au réalisme marqué, tout en tension et en dévoilement, transportant un récit simple de moments de vie aux éclats ordinaires, joué avec brio par une distribution qui conjugue finesse et précision.

 

Emmanuelle Devos joue une Andréa meurtrie, errant dans sa solitude et montrant avec l’enthousiasme du désespoir la rage de vivre sa part de bonheur. Micha Lescot étonne à nouveau, interprétant Éric, charmant et charmeur, troublé et troublant fils, compagnon et conseiller. Louis-Do de Lencquesaing joue un Boris touché, mélancolique et paumé. Camille Japy, est Françoise, écartelée par ses statuts d’amie, de conjointe et de bru, à la présence digne et un peu perdue. Josiane Stoléru joue une délicate et espiègle mère vieillissante, touchante dans les souffrances qui la gagnent.

 

Une pièce au cheminement sinueux et passionnant, avec des personnages curieux et intéressants, admirablement bien jouée. Un beau temps de théâtre.

 

Texte et mise en scène : Yasmina Reza. Décor : Jacques Gabel. Lumières : Roberto Venturi. Costumes : Marie La Rocca. Coiffure et maquillage : Cécile Kretschmar. Son : Bernard Vallery. Musique : Théodore Eristoff et Nathan Zanagar. Vidéos : Les Dronographes. Collaboration artistique : Sophie Bricaire, Oriane Fischer et Valérie Nègre.

Avec Emmanuelle Devos, Camille Japy, Louis-Do Lenquesaing, Micha Lescot et Josiane Stoléru.

 


Mardi au samedi à 21h00, dimanche à 15h00, relâche le 5 décembre

2 bis avenue Franklin Roosevelt, Paris 8ème

01.44.95.98.21- www.theatredurondpoint.fr

 

- Photo © Pascal Victor - ArtcomPress -

- Photo © Pascal Victor - ArtcomPress -

- Photo © Pascal Victor - ArtcomPress -

- Photo © Pascal Victor - ArtcomPress -

- Photo © Pascal Victor - ArtcomPress -

- Photo © Pascal Victor - ArtcomPress -

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :