Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Une pièce à l’argument insolite, goguenard et roublard. Comme à son habitude, Sébastien Thiéry s’amuse à nous surprendre à chaque fois que possible mais jamais au moment attendu. C’est drôle, décalé, provocateur et superbement bien joué.

 

Jean et Élisabeth, à la retraire depuis l’accident qui oblige Jean à se déplacer en fauteuil roulant, vivent dans une maison près des bois et loin de tout. Ils attendent pour déjeuner leur fille Bénédicte et son mari Matthieu. Matthieu arrive le premier et le temps d’un échange avec ses beaux-parents, tout change, tout bascule. Les propos deviennent peu à peu confus, les situations étranges.

 

Fantasme, hallucination, plaisanterie, coup monté ? On ne sait pas, on ne sait plus. On voit tout pourtant mais non, ça ne tient pas debout… Est-ce une vague de mensonges qui déferle sur Magny en Vexin ? Mais alors qui ment à qui ? Est-ce une illusion, un récit rapporté ou un délire hallucinatoire ? Enfin quoi, on a bien vu ce qu’on a vu !

 

Non mais quelle histoire ! Dès notre lâcher-prise, il nous faut nous accrocher pour ne pas perdre la tête, pour garder le sens commun et piocher ce que nous pouvons dans le reste de rationnel qui se présente. Nous nous laissons prendre volontiers au délire ambiant pour en savourer toute la drôlerie et la cocasserie déjantée. La démence plane et les rires fusent. Les répliques sont cinglantes et ciselées, d’un humour ravageur et efficace ; les situations improbables nous intriguent autant qu’elles nous amusent ; le climat est caustique, un vent de folie souffle en permanence, les avis de tempête se multiplient.

 

La qualité de l’interprétation est remarquable et brille d’excellence. François Berléand est divin ou démoniaque, c’est selon, il joue avec un abattage comique féroce et désopilant. Évelyne Buyle est déroutante en femme déroutée, qu’elle incarne avec une finesse désarmante. Élise Diamant, délicate et précise, est tout à fait crédible dans ses courtes scènes. Éric Elmosnino impressionne par sa fougue et sa vis comica qui désarçonne. Quelle équipe !

 

Un spectacle drôle et très sympathique que cette comédie acide et acerbe.

 

 

De Sébastien Thiery. Mise en scène de Stéphane Hillel assisté de Marjolaine Aizpiri. Décors de Jacques Gabel. Lumières de Dominique Borrini. Costumes d’Anne Schotte. Vidéo de Léonard. Musiques de François Peyrony.

Avec François Berléand, Evelyne Buyle, Elise Diamant et Éric Elmosnino.

 


Du mardi au samedi à 21h00, samedi à 17h30 et dimanche à 15h00

4 rue Monsigny, Paris 2ème

01.42.96.92.42  www.bouffesparisiens.com

 

 

- Photo © Céline Nieszawer -

- Photo © Céline Nieszawer -

- Photo © Céline Nieszawer -

- Photo © Céline Nieszawer -

- Photo © Céline Nieszawer -

- Photo © Céline Nieszawer -

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :