Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Livre-poème, livre-mélopée, livre-confidence, livre-confession, LE LIVRE DE MA MÈRE d’Albert Cohen est le livre d’une enfance terminée, de souvenirs qui jaillissent, de regrets amers et de joies passées, qu’on ne savait pas si heureux.

 

Comme un livre de deuil à jamais refermé. Comme une sublime déclaration d’amour à sa mère, une déclaration vraie, ultime, de celles qui n’attendent rien en retour.

 

Quelle majestueuse présentation des révélations intimes que la mort d’un être si cher fait ressurgir. Les moments enfouis d’un passé d’enfant, ceux refoulés dans l’inconscient d’un adulte, les profondeurs de l’abnégation d’une mère et les ravages protecteurs de son affection. Un livre d’amour que ce livre de mort.

 

Le choix de Patrick Timsit de le présenter en monologue théâtral est bienvenu. La mise en scène de Dominique Pitoiset est discrète et précise, alternant les images qui ressurgissent et les mots qui racontent, accompagnant l’émotion de ce fils meurtri avec délicatesse et sans exagération.

 

Le talent de Patrick Timsit sait nous faire partager sans pathos les propos d’un fils qui entame son deuil et revit à voix haute les bribes de cette fusion racontée comme une analyse faisant défiler le passé. Grâce à lui, le texte devient une partition où la tendresse et la dévotion se conjuguent dans la musique pudique et sincère de la confidence qui délivre.

 

Une ode chaleureuse et émouvante à la femme qui souvent nous a plus aimé que n’importe qui. Un comédien tout en intériorité qui nous fait aimer ce personnage avec une vibrante émotion contenue. Un digne et intense rendez-vous d’amour.

 

 

D’Albert Cohen. Mise en scène et scénographie de Dominique Pitoiset.

Avec Patrick Timsit.

 


Du mardi au samedi à 19h00

1 place Charles Dullin, Paris 18ème

01.46.06.49.29  www.theatre-atelier.com

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :