Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Ils étaient cinq amis inséparables, Adrien, Emma, Franck, Max et Paul. Ils ne sont plus que quatre aujourd’hui, Max, le mari d’Emma, est mort, lynché par une crise cardiaque.

 

Les quatre amis restent ensemble le temps d’après, cet après-midi qui suit les funérailles. Ils vont pouvoir parler des réactions que cette fin de vie leur fait ressentir. Ils vont faire défiler le passé. Ils vont se parler aussi du temps qui reste, du temps venu, du temps à vivre.

 

Oh que oui, perdre un être cher, faire le deuil d’un proche, d’un ami, d’un alter ego, est une souffrance incommensurable. De la peine à la nostalgie, de la mélancolie à la régression, les chemins sinueux pour remonter la pente, sortir de l’abime où la chute a happé la vie s’avèrent souvent difficiles et douloureux.

 

Oui mais non ! Halte là ! Ni pathos ni rugos ! C’est par la comédie qu’ils vont s’en sortir, c’est par la comédie qu’ils vont nous entreprendre ! Et que c’est bon, drôle et bienfaisant !

 

Drôle et ô combien savoureux, la pièce de Philippe Lellouche fait du bien à penser par le rire ce que d’ordinaire le deuil fait traverser de chagrins. Une résilience assumée par de nécessaires et beaux projets de vie. Truffée de répliques irrésistibles et de situations redoutablement drôles, cette comédie efficace est un pur moment de détente et fonctionne à merveille.

 

Les nombreux rires sont salvateurs et rafraichissants, les sourires installés tout le long. Ah ça, quand ils et elle se lâchent, ces quatre larrons, ce n’est en foire qu’ils sont mais c’est en délivrance !

 

De révélations en confidences, de projets réparateurs en désirs enfin ressortis de l’oubli ou du refoulement, ils ne voient plus la vie comme avant. C’est la vie qui reste que cette bande d’inséparables voit désormais. Celle qui leur appartient de remplir sans regret pour conjurer la mort et ses souffrances, contourner ses appréhensions et résister à ses peurs.

 

La mise en scène de Nicolas Briançon relève l’élégance et l’efficacité des propos avec l’adresse qu’on lui connait, ni trop ni pas assez. La décontraction se mêle au trouble, les liens qui unissent ces amis passent la rampe avec une sincérité superbe et sympathique.

 

La distribution nous séduit. David Brécourt, Noémie Elbaz, Philippe Lellouche et Christian Vadim sont adorables dans leurs rôles bien trempés. Ils apportent chaleur et crédibilité à leurs personnages.

 

Une comédie douce-amère qui fait un éloge souriant au bonheur de vivre. Une comédie au charme tendre de l’affection. Une ode à l’amitié et au désir d’amour.

 

Un bon temps de théâtre de plaisir.

 

 

Une pièce de Philippe Lellouche. Mise en scène de Nicolas Briançon.

Avec David Brecourt, Noémie Elbaz, Philippe Lellouche et Christian Vadim.


Du mardi au samedi à 21h00

19 rue de Surène, Paris 8ème

01.42.65.07.09  www.theatremadeleine.com

 

LE TEMPS QUI RESTE au Théâtre de la Madeleine

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :