Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Un mois. Juste un mois pour dévaster les cœurs et les repères jusqu’à briser le calme douillet et serein d’une riche famille de la bourgeoisie russe, en villégiature à la campagne.

 

Créée en 1879 cette pièce de Tourgueniev nous transporte le temps d’un séjour chez Natalia et Arkady dans l’univers sensible et éphémère d’un embrasement amoureux flamboyant. Un romantisme lascif, intelligent et mélancolique baigne le texte de cette histoire d’amours empêchés, retenus ou fuyants. La passion y ravage les rives de la raison pour qu’enfin, comme il se doit, tout rentre dans l’ordre quiet de la vie qui reprend son cours, laissant les meurtrissures creuser leurs cicatrices, et l’oubli faire son effacement impossible.

 

Déchirée par la douleur et écartelée par la morale la privant de ses désirs, déchirante par son combat intérieur à la violence vibrante, Natalia (magnifique Anouk Grinberg) rencontre l’ivresse et l’aveuglement d’un amour foudroyant en croisant le jeune précepteur de son fils, embauché pour l’été. Véra (merveilleuse India Hair) sa jeune pupille, éprise elle aussi, devra se résoudre au désespoir de l’écart que sa tutrice lui impose. Mikhaïl (superbe Micha Lescot), l’ami de la famille, assiste à l’idylle naissante et inassouvie, contrit et empêché dans ses propres attentes illusoires.

 

Que peut-il advenir de ce rêve éveillé ? De cette aventure qui repousse les murs de l’ordinaire, de son ennui las et de ses interminables recommencements ?

 

Tourgueniev raconte cette histoire comme on regarde un livre oublié. Un voile de nostalgie semble s’emparer des personnages et des situations. Les rebondissements romanesques prennent les allures d’un lyrisme de velours à l’impressionnisme émouvant.

 

Riche des thèmes parmi ceux chers à l’auteur, cette pièce traite de l’altérité, des blessures de la déception et du dépit, des sentiments des premiers émois qui s’imposent et de ceux qu’on cherche à retrouver, des tourments intérieurs. Par ailleurs, comme souvent dans le théâtre romantique (et pas que), la toile de fond du récit se dessine aussi des contours de l’amour de classes.

 

La mise en scène de Alain Françon semble rechercher la pureté simple dans les relations entre les personnages, dans la mise en vie de leur environnement quasi stylisé par un décor à la fois réaliste et suggestif. Une beauté touchante se dégage des situations, les rôles sont tenus avec un enthousiasme chaleureux, faisant ressortir les émotions intérieures et leurs expressions manifestes.

 

Toute la distribution sert la pièce avec une élégance naturelle et une précision fine, lui donnant les atouts d’une vérité restituée. C’est au 19ème siècle pourtant mais on y croit, on y est. Les quatre comédiennes et les six comédiens (y compris l’enfant) nous cueillent et ne nous lâchent pas.

 

À noter. India Hair joue la pupille Véra dont le rôle évolue, avec une fougue et une justesse remarquables. Micha Lescot est admirable en ami-amant platonique à la dignité splendide jusque dans la douleur perceptible par touches délicates. Anouk Grinberg nous subjugue par l’espièglerie lumineuse de la femme amoureuse comme par l’intensité dramatique et émouvante de la femme brisée. Époustouflante prestation d’une très grande comédienne.

 

Un spectacle grandiose et beau, très finement joué. Incontournable rendez-vous théâtral de la saison.

 

 

Une pièce de Ivan Tourgueniev. Traduction Michel Vinaver. Mise en scène Alain Françon. Collaboratrice artistique à la mise en scène Maryse Estier. Décors Jacques Gabel. Lumières Joël Hourbeigt. Costumes Marie la Rocca. Musique Marie Jeanne Serero. Son Léonard Françon.

Avec Nicolas Avinée, Jean-Claude Bolle-Reddat, Laurence Côte, Catherine Ferran, Philippe Fretun, Anouk Grinberg, India Hair, Micha Lescot, Guillaume Lévêque. Et en alternance Thomas Albessard, Quentin Delbosc-Broué et Anton Froehly.


Du lundi au samedi à 20h30

41 boulevard du Temple, Paris 3ème

01.48.87.52.55 www.dejazet.com

 

- Photo ©  Michel Corbou -

- Photo © Michel Corbou -

- Photo ©  Michel Corbou -

- Photo © Michel Corbou -

- Photo ©  Michel Corbou -

- Photo © Michel Corbou -

- Photo ©  Michel Corbou -

- Photo © Michel Corbou -

- Photo ©  Michel Corbou -

- Photo © Michel Corbou -

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :