Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

La mythologie Grecque dans toute sa splendeur !  Mais pas que…

 

Le récit de « la guerre de Troie » dans toute sa grandeur ! Mais pas que…

 

En fait, voici un spectacle qui ose le coup de force de raconter cette immense épopée « à la six-quatre-deux »… ou « comme pas deux »… et « sans couper la poire en deux » ni « dans les deux sens ». Le tout « en moins de deux » pour nous laisser au final « comme deux ronds de flanc », ravis et groggy !

 

C’est ludique en permanence, plus déliro-épique tu peux pas, surréaliste par flashs et hilarant plus souvent qu’à son tour. Le rire fuse de ces détails qui clochent, de ces contresens sous-entendus, de ces répliques ciselées et cruelles, amusées et décalées, donnant aux situations un goût de dérision aux saveurs déjantées.

 

Nos souvenirs d’école s’affolent. Notre mémoire se bouscule à notre culture, le cortex sourit pendant que l’hippocampe fronce les sourcils. Vacharde la révision !... Mais que c’est drôle.

 

Le texte de Eudes Labrusse est adroit. L’adaptation des grandes étapes de « la guerre de Troie » est présentée sous forme de tableaux, mêlant narrations et jeux. La mise en scène qu’il signe avec Jérôme Imard, entre café-théâtre et théâtre de tréteaux, fait jouer dans la cour les comédiennes et les comédiens comme entre-copains qui se racontent des histoires, ici la grande Histoire, pour faire rire ou faire peur. Une mise en scène rebondissante et alerte, malicieuse et captivante. On ne voit pas le temps passer et pourtant, que d’événements extraordinaires, que de duperies féériques et diaboliques, tous traités façon rieuse tendance joyeuse.

 

Les sept comédiennes et comédiens Catherine Bayle, Audrey Le Bihan, Hoa-Lan Scremin, Laurent Joly, Nicolas Postillon, Loïc Puichevrier et Philipp Weissert (et la magnifique Hélène. C’est vrai qu’elle est belle, Hélène !) s’amusent autant qu’ils nous amusent. Tout est en place et calé au cordeau. Les gags fonctionnent à merveille, les jeux et les chants sont justes. Le pianiste-compositeur Christian Roux n’est pas en reste, il apporte une ambiance musicale et soutient magistralement les péripéties des Troyens, des Grecs et des Dieux avec une partition aussi intéressante qu’agréable. Chapeau bas les artistes !

 

Un spectacle vif et ardent, qui surprend par l’audace de son parti pris et qui est drôle de bout en bout. Du théâtre de plaisir, que je recommande.

 

Texte de Eudes Labrusse, d’après Homère, Sophocle, Euripide, Hésiode, Virgile… Mise en scène de Jérôme Imard et Eudes Labrusse. Musique de scène (piano / guitare) de Christian Roux. Scénographie, costumes et accessoires de Cécile Pelletier. Lumières de Laurent Bonacors.

Avec Catherine Bayle, Audrey Le Bihan, Hoa-Lan Scremin, Laurent Joly, Nicolas Postillon, Loïc Puichevrier, Christian Roux et Philipp Weissert.


Du mardi au samedi à 20h00 et le dimanche à 16h00

103A Boulevard Auguste Blanqui, Paris 13ème

01.45.88.62.22 www.theatre13.com

 

- Photo © Laure Ricouard -

- Photo © Laure Ricouard -

- Photo © Laure Ricouard -

- Photo © Laure Ricouard -

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :