Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pour s’en sortir peut-être, pour tenter encore une fois leur chance dans une aventure enfin pleinement artistique, cinq destinées vont n’en faire qu’une dans la création du cabaret Le Mandragore, à Paris en 1939.

 

Les idées plein la bouche et des étoiles plein les yeux, les personnages nous touchent dans leur recherche d’un avenir heureux. Leurs illusions font penser à des rêves d’enfants, petits et grands, et se confondent aux aspirations d’un monde meilleur d’une jeunesse débordante d’énergie. Elles et ils trépignent d’impatience et regorgent d’attentes de lendemains qui chantent malgré les mauvais hasards de rencontre et les sombres heures du Paris de cette époque.

 

A la veille de la guerre, pourront-ils tirer leur épingle du jeu ? Sauver la mise et gagner leur pari ? Entre quêtes identitaires et reconnaissances professionnelles, luttes pour la création de leur cabaret et combats contre le nazisme rampant… Que d’épreuves et de courage leur faudra-t-il réunir ! Ces illusions nocturnes seront-elles réalisées ou deviendront-elles des illusions perdues ?

 

L’émotion grandit au fur et à mesure que l’histoire avance. Très adroitement écrit par Pascal Lacoste, le récit de ces femmes et de ces hommes, amoureux de l’art autant que de la liberté, nous captivent. Leur espérance de réussite devient la nôtre.

 

Même si leurs illusions traversent les torrents du tragique, elles explosent de joie et d’espérance. Elles nous donnent envie de croire, comme eux, à nos rêves.  

 

La mise en scène de Juliette Moltes est alerte et rythmée, laissant aux séquences d’émotions le soin de s’installer avec charme et sans pathos. La scénographie faite de trois fois rien fonctionne tout à fait et resplendit par son efficacité simple. Les chorégraphies sont élégantes.

 

Les parties chantées et dansées sont d’une fraicheur réjouissante. Les filles chantent vraiment bien. Oui bon, les garçons s’en sortent pas mal non plus. Euh…Vous ai-je dis que les filles chantent vraiment bien ?

 

La distribution est d’un enthousiasme bluffant. Elles et ils réussissent à nous emporter dans leur aventure avec une pêche d’enfer et une sincérité totale.

 

Un spectacle très plaisant, une histoire intéressante et une jeune troupe fougueuse aux talents savoureux. À voir sans hésiter !

 

 

Spectacle vu le 20 juillet 2018,

Frédéric Perez

 

 

Une pièce de Pascal Lacoste. Mise en scène de Juliette Moltes. Composition musicale de Julien Goetz. Paroles de Nicolas Laustriat. Arrangements de Benjamin Landrot. Chorégraphie de Rosy Pollastro. Coaching vocal de Hervé Lewandowski. Création lumière de Thibaut Hok.

 

Avec Iliès Bella, Yoann Berger, Lucile Bodin, Benjamin Thomas, Pascal Lacoste et Mélodie Molinaro.

 

 

ILLUSIONS NOCTURNES au Théâtre Pixel

 

 à 14h05 jusqu’au 29 juillet (relâche le 26 juillet)

 

- Photo © Dimitri Klosowski -

- Photo © Dimitri Klosowski -

- Photo © Dimitri Klosowski -

- Photo © Dimitri Klosowski -

- Photo © Dimitri Klosowski -

- Photo © Dimitri Klosowski -

- Photo © Dimitri Klosowski -

- Photo © Dimitri Klosowski -

- Photo © Dimitri Klosowski -

- Photo © Dimitri Klosowski -

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :