Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

À partir de mélodies de Gabriel Fauré, c’est tout un univers musical singulier, poétique et sensible que la dernière nuit du festival va accueillir pour sa dernière soirée.

 

Sur le plateau, un piano, un violoncelle et un violon côté jardin et une guitare et une boite à musique au centre. Chacune et chacun des chanteurs vont entrer à leur tour, micro à la main, pour une mélodie de Fauré, arrangée ou originale. Peu à peu, les artistes se répartissent sur des bancs de pierre pour attendre le final où ils chanteront tous ensemble.

 

Univers musical où l’orchestration si complexe de Fauré étincelle de couleurs multiples, même s’il est parfois difficile de la retrouver. Les parties jouées à la guitare électrique et les sons électroniques sont impressionnants. On retrouve certaines harmonies des mélodies, exacerbées, redoublées, étirées à l’extrême. Étincelant.

 

Univers singulier où des chanteurs non lyriques donnent à attendre les mélodies, apportant leurs timbres particuliers dont ils jouent pleinement et pour certaines voix de leurs puissances et de leurs tessitures qu’il leur faut parfois pousser au risque de l’à-peu-près.

 

Univers poétique où l’ambiance et le climat dans le cadre de la Cour d’Honneur et grâce aux chants aux allures de mélopées, aux lumières et aux déplacements lents, fait ressortir l’évanescence et le sacré des mots et des notes qui s’envolent.

 

Univers sensible où le génie du compositeur pour la mélodie ressort. La sensualité des lignes pures et des harmonies riches touche l’écoute, par son intériorité manifeste et belle.

 

Un concert frisant l’expérience et la performance. Le rendu musical étonne. Les mélodies ainsi chantées surprennent par l’inégale vibration ressentie. Une sensation de légère platitude règne tout le long. Nous attendions Fauré et les éclats colorés et variées de ses mélodies, nous avons entendu un récital aux allures d’événement artistique original, somme toute « en deçà » sur le plan musical.

 

 

Spectacle vu le 24 juillet 2018,

Frédéric Perez

 

 

Conception Sonia Bester et Olivier Mellano. Direction musicale de Olivier Mellano. Arrangements de BAUM. Collaboration artistique de Isabelle Antoine. Mise en espace de Sonia Bester, Adeline Caron et Olivier Mellano. Lumière de Maël Iger. Son de Audrey Schiavi. Costumes de Elisabeth Cerqueira.

 

Avec Dominique A, Jeanne Added, Camille, élise Caron, Judith Chemla, Hugh Coltman, John Greaves, Piers Faccini, Philippe Katerine, Kyrie Kristmanson, JP Nataf, Sandra Nkaké, Himiko Paganotti, Rosemary Standley.


Et BAUM :  Simon Dalmais (piano), Anne Gouverneur (violon), Maëva Le Berre (violoncelle), Olivier Mellano (guitare).

 

- Photo © Richard Dumas -

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :