Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Une pièce historique lumineuse et attachante. Un spectacle qui brille de mille feux, de la rampe aux coulisses puisqu‘il s’agit de nous présenter les amours de Molière et sa rupture avec Madeleine Béjart. Nous les verrons dans l’intimité de leur vie et dans la lumière de leur art.

 

Couple mythique du théâtre français, Jean-Baptiste Poquelin et Madeleine Béjart se montrent à nous ici sous les jours finissants de leur amour passionnel, sans doute fusionnel, brisé par l’attrait sincère ou calculé de Molière et Armande, mademoiselle Menou dans la troupe, fille de Madeleine et future épouse du grand maître. Mademoiselle Molière devenant Madame Poquelin, est-ce possible ?

 

Quels liens entretiennent la passion amoureuse et le talent artistique ? N’y a-t-il que le théâtre pour découper si finement les frontières de l’espace privé et de l’espace public comme un miroir cathartique à la violence fulgurante et ravageuse, aux bouillonnements affectifs débordant d’ardeurs, de plaisirs et de souffrances ?

 

Molière s'est nourri lui aussi bien sûr de sa vie pour écrire, pour expulser sa douleur, transgresser les codes et préserver l’équilibre entre devoir et avoir, entre paraitre et être, entre liberté et soumission.

 

Gérard Savoisien écrit dans sa pièce des descriptions précises de l’époque, du contexte, des enjeux de cette relation inouïe, qui nourrissent autant l’œuvre de Molière, où la place de Madeleine n’est pas minime, que leur déchirure amoureuse et les liens qui les lieront à jamais au théâtre. Un texte riche et captivant.

 

La mise en scène de Arnaud Denis colore le texte par touches progressives d’intensité mais aussi de fougue, de délicatesse et de finesse. Cela devient peu à peu une intrigue où s’entremêlent sentiments amoureux et dévotions au théâtre. Une mise en vie belle et prenante.

 

Un immense plaisir s’installe aussitôt et ne nous lâche pas, dès que les jeux de Anne Bouvier, époustouflante Béjart et de Christophe de Mareuil, brillant Molière, nous entreprennent. L’une comme l’autre nous cueillent. Ils sont incroyablement crédibles, sincères et naturels dans leurs rôles. Un bel exemple de jeu où l’incarnation se conjugue à l’interprétation.

 

Anne Bouvier est aussi émouvante que drôle, d’une proximité efficace et touchante. Cette comédienne joue de l’excellence. Christophe de Mareuil est remarquable dans la sensibilité et la souffrance qu’il sait nous montrer. Des comédiens d’exception, du grand art.

 

Des bravos mérités ont salué les artistes. Un très beau spectacle, une écriture raffinée, une mise en scène fine et réussie, magnifiquement joué. Voici un incontournable spectacle que je recommande vivement.

 

 

 

Spectacle vu le 25 août 2018,

Frédéric Perez

 

 

 

De Gérard Savoisien. Mise en scène de Arnaud Denis. Décor de Erwan Creff. Création sonore de Mehdi Bourayou. Assistance à la mise en scène de Julia Duchaussoy. Lumières de Cécile Trelluyer.

 

Avec Anne Bouvier et Christophe de Mareuil.

 

Du mardi au samedi à 20h00 et le dimanche à 17h00

Bord de scène le vendredi 28 septembre après la représentation

53 rue Notre-Dame-des-Champs, Paris 6ème

01.45.44.57.34 www.lucernaire.fr

 

- Photo © Lot -

- Photo © Lot -

- Photo © Lot -

- Photo © Lot -

- Photo © Lot -

- Photo © Lot -

- Photo © Lot -

- Photo © Lot -

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :