Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Une comédie chaleureuse et sympathique où la fantaisie chemine avec l’émotion jusqu’à emprunter des détours au burlesque. C’est savoureusement piqué de traits saillants, truffé de rebondissements attendus mais efficaces et bardé de situations hilarantes à la limite du déjanté parfois et de celles plus posées où le sourire se fige, cueilli par les tensions touchantes qui se dégagent.

 

Cette pièce est adroitement ficelée et la distribution s’en donne à cœur joie et à corps perdu. Cela fonctionne à merveille, c’est d’un tonus de tous les diables. Et c’était la couturière !... Nous pouvons dire que c’est de bon augure.

 

Pièce à succès il y a 8 ans (avec une autre distribution), suivie de deux adaptations cinématographiques, en 2012 par les deux auteurs de la pièce Alexandre de La Patellière et Matthieu Delaporte puis en 2015 par Francesca Archibugi, voici un futur classique du théâtre comique, qui rejoindra demain au répertoire (je prends les paris) les Barillet et Grédy, Jean Poiret et Neil Simon, entre autres.

 

Ce n’est qu’un simple diner pourtant. Un diner comme nous en fantasmons plus souvent qu’à notre tour quand… ou parce que… enfin à cause de…

 

Oui, un simple diner. Mais un diner de tous les possibles et de toutes les énonciations. Un diner qui dérape à propos du choix d’un prénom pour une future naissance et qui part je ne vous dis pas où, mais tous les sens !

 

Un diner où les non-dits pointent leur nez, les rancœurs ressortent des oublis, les jalousies et les renoncements explosent et où le buffet marocain préparé par Babou se mangera ou pas, assis ou parterre, on verra.

 

Un diner de carnaval ? Non pas du tout, un simple diner de famille avec Babou et Pierre, Vincent et Anna et aussi bien sûr Claude, l’ami d’enfance. Simple diner ? Oui bon, vous verrez bien.

 

La mise en scène au cordeau de Bernard Murat, sans effet ou support inutiles, centre notre attention sur les personnages et les situations. C’est précis et redoutablement juste pour apprécier le texte.

 

La distribution dépote et nous emporte dans ce tourbillon d’humour caustique et de révélations acides et surprenantes.  Marie-Julie Baup (délicieuse, épatante et sensible Babou), Sébastien Castro (Incroyable prestation du personnage de Claude, magistral dans le comique comme dans l’émotion), Lilou Fogli (chaleureuse et savoureuse Anna), R.Jonathan Lambert (un Pierre plus pêchu, tu peux pas) et Florent Peyre (un monstrueux m’as-tu-vu de Vincent qui aurait mieux fait de la boucler mais bon, c’est le texte).

 

Une pièce bien ficelée, une mise en scène rythmée et charmante, des comédiennes et des comédiens de haut vol. Un fichu bon spectacle que je recommande pour une soirée plaisir.

 

 

Spectacle vu le 6 septembre 2018,

Frédéric Perez

 

 

 

De Matthieu Delaporte et Alexandre de la Patellière. Mise en scène de Bernard Murat assisté de Léa Moussy. Décors de Nicolas Sire. Musique de Benjamin Murat. Costumes de Emmanuelle Youchnovski. Lumières de Laurent Castaingt.

Avec Marie-Julie Baup, Sébastien Castro, Lilou Fogli, R.Jonathan Lambert et Florent Peyre.

 

Du mardi au vendredi à 21h00

Le samedi à 17h00 et 21h00

Le dimanche à 15h30

10 place Édouard VII, Paris 9ème

01.47.42.59.92 www.theatreedouard7.com

 

- Photo ©Bernard Richebé -

- Photo ©Bernard Richebé -

- Photo ©Bernard Richebé -

- Photo ©Bernard Richebé -

- Photo ©Bernard Richebé -

- Photo ©Bernard Richebé -

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :