Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Une comédie sentimentale à l’aigreur sucrée d’une tendresse tenace où se joue au travers des relations épineuses entre une mère, jeune retraitée, et sa fille, jeune épouse, la délicate question du processus de transmission intergénérationnelle. Rien moins !

 

Mais halte-là ! N’allez pas penser qu’on s’y ennuie une minute ! Pas du tout ! Il ne s’agit pas d’une conférence poussiéreuse (s’il en est encore) ou d’un reportage soporifique (il y a toujours) sur les dernières publications de psychologues sur ce sujet.

 

Non là, nous sommes en présence de belles tranches de vie, croustillantes et drôles, émouvantes et réflectives, qui nous cueillent aussitôt et nous tiennent en haleine tout le long. C’est adroitement et justement écrit et c’est joué avec truculence et délicatesse. On rit souvent, on sourit toujours même si certains moments touchent au cœur et au passé.

 

Transformation des expériences vécues dans l’enfance et appropriation inconsciente des traumatismes de la parentèle, incompris mais ressentis et souvent enfouis, il n’est pas rare de constater que certains événements se reproduisent d’une génération à l’autre.

 

Comme si un sort jeté sur la famille prescrivait la reproduction de maléfices et de malheurs (pour les plus superstitieux), ou la répétition, en les vivant à son tour, de conduites identiques qui ne sont finalement que la recherche de sens de ce qui n’a pas été compris… Jusqu’à ce que le hasard ou la bonne fée, la pugnacité et le questionnement libèrent la parole pour que les maux se disent et se taisent enfin.

 

Nous sommes dans l’intimité des moments entre une mère et sa fille. Au prétexte d’apporter les courses à sa mère, autour d’un thé jamais fait comme il le faudrait, les discussions dératent, les regards se parlent et les silences les séparent. Elle et elle ont des choses à se dire et à cacher. Jusqu’où tendre le lien qui les lie au risque de le rompre ? Ou de faire parler l’autre ?

 

Là où il y avait matière au drame, le texte de Ana-Maria Bamberger et l’adaptation de Slimane Kacioui nous parlent, nous montrent et nous font vivre cette passionnante relation, par l’humour de répliques aux traits fulgurants et le cocasse des situations finement amenées. Les larmes se cachent dans nos rires, la mémoire de ces deux êtres de chair et de tendresse passe et ne se fracasse pas.

 

La mise en scène de Slimane Kacioui et Aliocha Itovich privilégie le jeu aux situations. Le texte ressort avec force, le rythme est alerte, les échanges totalement vraisemblables.

 

Mais tout repose bien sûr sur le jeu formidable de deux comédiennes. Quand il n’y a que deux personnages et aucune narration, tout ce qui se joue est de l’ordre du vivant, en direct et sans artifice. Si c’était un pari, il serait relevé et gagné brillamment.

 

Marie-Hélène Lentini est magnifique. Elle compose une mère à la sensibilité vibrante de tout son amour maternel derrière une attitude intransigeante et possessive, à la limite d’une revêche acariâtre. Son abatage est drôle et efficace. Dorothée Martinet est superbe. Elle fait évoluer son personnage avec une progression maîtrisée des sentiments, elle fait mouche et nous touche.

 

Le duo est merveilleux. La complémentarité des comédiennes est exemplaire. Leur interprétation est crédible, drôle et touchante à la fois. Chapeau bas, mesdemoiselles !

 

Un spectacle savoureux, intelligent et rieur, très bien joué. Une agréable petite perle théâtrale à ne pas manquer.

 

 

Spectacle vu le 8 novembre 2018,

Frédéric Perez

 

 

De Ana-Maria Bamberger. Adaptation de Slimane Kacioui. Mise en scène de Slimane Kacioui et Aliocha Itovich.

Avec Marie-Hélène Lentini et Dorothée Martinet.

 

Du mercredi au dimanche à 19h30 ou 21h00

(voir les dates sur le site du théâtre)

53 rue des Saules, Paris 18ème

01.42.23.88.83 www.funambule-montmartre.com

 

- Photo ©Franz Laimé -

- Photo ©Franz Laimé -

- Photo ©Franz Laimé -

- Photo ©Franz Laimé -

- Photo ©Franz Laimé -

- Photo ©Franz Laimé -

- Photo ©Franz Laimé -

- Photo ©Franz Laimé -

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :