Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Je préviens, ce spectacle est un vrai délire ! Un vrai et savoureux délire où tout est fait pour rire et submerger le public de délicieuses vagues déferlantes d’improbables scènes surréalistes à prendre comme elles viennent, du premier jusqu’au centième degré. Des gags vifs et déjantés se bousculent en permanence aux ruptures saillantes et décalées, bourrées de clins d’œil aux références multiples.

 

La pièce écrite et mise en scène par Nicolas Lumbreras se gausse de tout ce qu’il est possible de détourner dans cette histoire dans l’Histoire, et se vautre à chaque instant avec une redoutable efficacité dans une dérision désopilante.

 

« Louis XIV aime les femmes. C’est pour ainsi dire sa passion. Mais la Reine ne supporte plus ses infidélités incessantes. Le Roi Soleil en antihéros superficiel, impie, crasseux et geignard, prêt à tout pour satisfaire ses désirs tout en échappant à la colère de la Reine » …

 

C’est possible ça ? Mais bien sûr que oui c’est possible, je vous le dis. J’ai tout vu, j’y étais !...

 

Ce n’est pas que Louis ne veut pas être fidèle mais il a un rang à tenir voyez-vous. Un Roi, c’est comme un lapin mais en plus machiste et en plus capricieux sur ses plaisirs : un désir, une réalité, point barre. Mais ici, il n’est pas très adroit le Roi et la Reine le met à la peine en moins de temps qu’il n’en faut à l’aubergiste pour surgir quand le cordon sonne. Quant à la Montespan, n’en parlons pas et de son mari cocu, non plus. Mais, Dieu m’tripope dirait Desproges, Dieu était-il présent ? Je ne sais pas, je ne sais plus, tout allait vite et ils mélangeaient tout.

 

Ce spectacle est dans la veine du café-théâtre qu’on adore, où l’on rit de tout et où tout va très vite. Pas de prises au sérieux. Des effets comiques en rafales. Dérision et autodérision se conjuguent. C’est drôlissime ! Les rires et les fous-rires s’enchainent. Un farce aux allures de vaudeville trempée dans du burlesque qui se serait perdue dans une leçon d’histoire comme on en souhaiterait à tous les écoliers.

 

Emmanuelle Bougerol, Constance Carrelet, Serge Da Silva, Benjamin Gauthier, Nicolas Lumbreras et Benoit Moret jouent, chantent et dansent avec aisance et sans forcer le trait. Elles et ils donnent à leurs personnages le ridicule suffisant pour être franchement drôles, ni trop ni pas assez. Un spectacle de troupe calé au cordeau où chacune et chacun s’amuse de toute évidence, qui nous cueille et ne nous lâche pas jusqu’aux saluts nourris et mérités.

 
Un spectacle jubilatoire. Loufoque jusqu’au bout de l’humour et déjanté dans toutes les largeurs. Rire sans penser à autre chose que rire, pour le plaisir de rire. Je recommande vivement.

 

Spectacle vu le 20 février 2019,

Frédéric Perez

 

Une pièce écrite et mise scène en scène par Nicolas Lumbreras. Collaboration à la mise en scène de Delphine Piard. Décors de Juliette Azzopardi. Costumes de Chloé Boutry. Chorégraphies de Mélanie Dahan. Perruques de Irina Dyakonova. Collaboration musicale de Raphaël Alazraki. Lumières de Arthur Gauvin.

Avec : Emmanuelle Bougerol, Constance Carrelet, Serge Da Silva, Benjamin Gauthier, Nicolas Lumbreras et Benoit Moret.

Du mardi au samedi à 21h00 et le dimanche à 15h00

14 bis rue Saint Isaure, Paris 18ème

01.42.62.35.00 www.theatredesbeliersparisiens.com

Photo © DR

Photo © DR

Photo © DR

Photo © DR

Photo © DR

Photo © DR

Photo © DR

Photo © DR

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :