Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

"Le Cas Eduard Einstein" est avant tout le cas Hugo Becker. Le spectacle repose et tient sur l’incarnation réussie du jeune fils d'Albert Einstein par ce comédien impressionnant. Toute en finesse et en force, la subtilité du jeu de Hugo Becker est remarquable. Ses nombreuses scènes avec l’excellent Pierre Bénézit qui donne au rôle ingrat du surveillant une humanité palpable, sont saisissantes de vraisemblance et d’émotion.

 

Eduard est atteint de schizophrénie grave. Il est interné à 22 ans dans un hôpital psychiatrique et subira des traitements de choc. Sa mère, Mileva Marić Einstein (physicienne renommée) est présente à ses côtés. Son père vient dire adieu à son fils avant son départ aux États-Unis. Nous verrons ensuite le fils et le père dans des scènes successives, parfois juxtaposées.

 

Sur fond omniprésent du séjour d’Eduard en asile, comme une longue litanie aux allures d’appel au secours permanent, le texte montre sa relation fusionnelle avec sa mère (jouée sobrement par Josiane Stoléru) et surtout sa relation conflictuelle, sublimée par le sentiment d’abandon, avec son père (joué ou plutôt imité par un Michel Jonasz méconnaissable). Nous verrons par moments la secrétaire américaine de Einstein (la pétillante Amélie Manet) et l’agent du FBI (Jean-Baptiste Marcenac) aux côtés de l’illustre immigré.

 

Le texte comporte peu d’actions, l’argument évoque sans développement le cas du jeune fils, nous laissant rechercher ce qui fonde la brisure dans sa vie, le gouffre dans lequel il tombe et les conséquences possibles chez chacun de ses parents.

 

La mise en scène de Stéphanie Fagadau campe le décor et l’ambiance à la façon d’une tragédie qui sourde. Les douleurs exprimées avec parcimonie par la mère et le père sont étonnamment discrètes. Les couleurs de vie et de mort surgissent des explosions et des implosions du fils. Les contours des personnages sont dessinés et restent un peu figés de bout en bout, hormis les duos entre le malade et son surveillant, toujours brillants.

 

Oui, "Le Cas Eduard Einstein" est avant tout le cas Hugo Becker. Le spectacle repose et tient sur l’incarnation réussie du jeune fils d'Albert Einstein par ce comédien impressionnant.

 

Spectacle vu le 15 février 2019,

Frédéric Perez

 

 

De Laurent Seksik. Mise en scène de Stéphanie Fagadau. Collaboratrice artistique : Juliette Moltes. Décors : Antoine Malaquias assisté de Karim Kari. Musiques : Romain Trouillet. Lumières : Zizou. Costumes : Jean-Daniel Vuillermoz. Coiffures : Catherine Saint-Sever.

 

Avec Hugo Becker, Pierre Bénézit, Michel Jonasz, Amélie Manet, Jean-Baptiste Marcenac et Josiane Stoléru.

Du mardi au samedi à 20h30 et le dimanche à 16h00

15 avenue Montaigne, Paris 6ème

01.53.23.99.19 www.comediedeschampselysees.com  

Photo © DR

Photo © DR

Photo © DR

Photo © DR

Photo © DR

Photo © DR

Photo © DR

Photo © DR

Photo © DR

Photo © DR

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :