Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

 

 

Un spectacle entièrement dédiée à Federico García Lorca, c'est rare. Un spectacle composé des travaux du Lorca « folkloriste », sur les mélodies populaires, notamment les berceuses, qu'il a recueillis, c'est inédit.

 

Un spectacle incontournable que ce moment érudit et sensible qui vibre de la passion et de l'humanité de cette immense poète.

 

Le public est captivé par la noblesse et la beauté des textes, par la chaleur de la voix chantée, profonde, délicate et enthousiaste de Sophie Millon accompagnée à la guitare par Fabrice Miny avec virtuosité et précision.

 

Un récital poétique et musical parsemé de textes dits où l’on découvre plus encore et sans doute mieux, les facettes de ce militant de l’Éducation Populaire qui œuvra avec fougue et engagement, toute sa courte vie, pour l’accès et la reconnaissance de la culture pour tous.

 

Âgé d'une vingtaine d'années, Lorca voyage au travers de l’Espagne, en Galice, dans les Asturies, en Andalousie où il collecte des berceuses et des airs populaires. Il en harmonisera plus de trois cents.

 

« J'ai tenté de recueillir les berceuses de tous les coins d'Espagne. J'ai désiré savoir de quelle façon les femmes endorment leurs petits et, au fil du temps, j'ai senti que l'Espagne use de ses mélodies les plus tristes pour imprégner le premier sommeil de ses enfants ».

 

Le spectacle se présente comme un montage de textes de Lorca savamment choisis, tirés de ses chansons et de ses conférences, notamment la conférence sur les berceuses. La structure dramaturgique privilégie l’alternance du dit et du chanté sans autre parti pris que la transmission, demandant une attention exigence et une écoute sans relâche. Mais l’effort est vite imprégné de plaisirs, comme une envoutement précieux au charme coloré.

 

Dès le public installé, une berceuse enjouée chantée par Sylvie Millon, venue du haut de la salle, sert de magnifique introduction. Elle nous enveloppe aussitôt de la musicalité et de la poésie qui ne nous quitteront pas tout le long, jusqu’à la dernière chanson « Take This Valse » de Léonard Cohen, qui est, on ne le savait pas, la mise en musique d'un poème de Federico García Lorca « La petite valse viennoise ».

 

Un spectacle charmant et cultivé. Un hommage intelligent et truffé de surprenantes découvertes de la poésie de Federico García Lorca. Je recommande cette découverte ou ces retrouvailles avec l’univers de Lorca.

 

Spectacle vu le 6 juin 2019,

Frédéric Perez

 

D'après Federico García Lorca. Mise en scène de Günther Leschnik.

Avec Sophie Millon (jeu et chant) et Fabrice Miny à la guitare.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :