Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Un spectacle coup de poing qui nous tient en haleine du début à la fin. L’émotion nous étreint vite, s’installe et va crescendo. Elle ne nous lâchera pas. Un spectacle beau et profondément touchant.

 

« Une famille extraordinaire : un père insubmersible, une mère protectrice. En leur sein, une fratrie qui fête et savoure chaque instant au rythme de scènes fantasmées de jeu de combat, rituels nostalgiques du passé glorieux de leur père. Un jour, pourtant, un acte manqué à plus d'un titre brisera leur équilibre. Ils feront tout pour éviter l’inéluctable... voire le pire. »

 

Quelle famille n’a pas ses secrets ? Quelles histoires familiales ne portent pas leurs lots de mystères, de non-dits, de confidences préservées ?

 

Sans doute est-ce ainsi que se fonde l’identité singulière de chacune d’entre elles sur le plan affectif et social. Sans doute est-ce cela qui permet de forger le sentiment d’appartenance, assumé ou non, la construction de la personnalité, les apprentissages de l’affection et de l’amour, les choix de vie aussi.

 

Que se passe-t-il quand un rouage ne fonctionne plus ? Quand le flux de l’habitude qui charrie les bonheurs et les heurts s’interrompt ou dérive ? Le mensonge, s’il est un des composants du secret de famille, est-il nécessaire ? Pour mentir par amour ? Pour aimer encore ? Pour d'autres enjeux ?

 

Chez les Ortiz, un événement vient briser la douce folie qui règne et les relie. Un événement incroyable aux rebondissements surprenants. Les repères de chaque membre sont rompus. Les blessures sont vives, les meurtrissures restent et creusent le lit de la rancœur, de la rancune ou du doute. Réussiront-ils enfin à se défaire des nœuds qui les empêchent ou bien ces liens resteront noués à jamais ? Se comprendront-ils ? Comprendrons-nous ?

 

Un texte magnifique et poignant de Jean-Philippe Daguerre, qui touche au merveilleux et à l’onirique, et développe une puissance manifeste dans sa beauté et son humanité. La mise en scène et en jeux de l’auteur est comme à son habitude, simple, colorée et vivante.

 

Monsieur Daguerre sait s’entourer d’une équipe efficace qui fait de son théâtre une aventure harmonieuse et toujours spectaculaire, dotée de multiples talents pour saisir le public et déclencher de multiples sensations. Les comédiens Stéphane Dauch, Isabelle de Botton, Antoine Guiraud, Kamel Isker, Bernard Malaka et Charlotte Matzneff débordent d’énergie et de tendresse. Les rôles sont habités, l’ensemble est complémentaire. Grâce à eux, on vit la pièce, on ne la regarde pas.

 

Un spectacle coup de poing qui nous tient en haleine du début à la fin. L’émotion nous étreint vite, s’installe crescendo et ne nous lâche jamais. Le public respire tout entier au rythme de ce qu’il découvre. On entend des sanglots retenus qui s’échappent. On voit des mains qui passent furtivement sur les yeux. On sent nos propres yeux se mouiller.

 

Nous sortons étourdis, les larmes cachées derrière nos sourires, touchés et heureux d’avoir découvert et vécu cette histoire.

 

L’histoire de la famille Ortiz ? Une histoire de celles dont on se souvient. « J’ai choisi un univers de conte contemporain, mélancolique et loufoque, pour la raconter » dit Jean-Philippe Daguerre. Il a bien fait le bougre, il nous a cueillis ! Un très beau moment de théâtre. Un spectacle incontournable du festival.

 

Spectacle vu le 10 juillet,

Frédéric Perez

 

Texte et mise en scène de Jean-Philippe Daguerre. Assistant à la mise en scène et musiques : Hervé Haine. Chorégraphie de Florentine Houdinière. Décors de Juliette Azzopardi. Lumières de Aurélien Amsellem. Costumes de Virginie Houdinière.

 

Avec Stéphane Dauch, Isabelle de Botton, Antoine Guiraud, Kamel Isker, Bernard Malaka et Charlotte Matzneff.

 

Du mardi au samedi à 21h00 et le dimanche à 15h00

6 rue de la Gaïté, Paris 14ème

01.43.35.32.31 www.theatre-rive-gauche.com

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :