Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Un spectacle touchant et drôle, tendre, bouleversant même, tant il vient nous parler tout près de nos souvenirs vécus ou observés, ceux de notre grande enfance et du début de notre jeunesse. Des souvenirs oubliés ou enfouis qui resurgissent sans crier gare et que le rire vient cacher.

 

Car il semble difficile de ne pas retrouver ici ou là au fil du spectacle, des bribes de celle ou celui que nous avons été, des liens avec des questions que nous nous sommes posées. Sauf bien sûr, si la résistance est si forte que la catharsis déjante.

 

Virginie Lemoine s’empare du roman éponyme de David Lelait-Helo pour nous proposer une adaptation théâtrale d’une finesse adroite et d’une précision sensible remarquables. Elle met en scène son travail avec la sobriété et les éclats qui conviennent pour venir nous toucher au cœur et aux tripes.

 

L’humour joue son rôle de passeur. L’émotion est aux bords des sourires. Le rire est complice et salvateur.

 

« Milou n’est pas un gamin comme les autres. Solitaire et rêveur, il est un soir foudroyé par la voix de Nana Mouskouri, miraculeusement échappée du poste de télévision familial. La vie du jeune garçon s'éclaire soudain comme la flamme sur un bec de gaz. C'est décidé : quand il sera grand, il sera Nana Mouskouri ! »

 

Que cette rencontre fortuite et virtuelle soit un déclic ou non, et elle en a bien l’air, l’auteur nous décrit les méandres d’un jeune adolescent se mouvant dans le labyrinthe de l’identification, dans le parcours du grandissement, dans la mue lente et essentielle dont Françoise Dolto parlait comme de celle de cet animal qui change de carapace pendant son développement, le fameux « complexe du homard ».

 

Identité et socialisation, intimité et sexualité, les chemins initiatiques de la connaissance de soi, nous le savons, passent souvent par la revendication de son unicité et l’opposition aux codes moraux usuels imposés. Notamment en choisissant dans son entourage celles ou ceux à qui ressembler ou pas.

 

Milou n’a pas choisi l’inconnu simple pour son équation. Son identification à Nana Mouskouri, chanteuse célèbre de sa jeunesse, est l’exemple parfait de modèle culturel populaire iconique pour découvrir et revendiquer son identité personnelle. Qui n’a pas eu ses héros, ses stars ou ses monstres ?

 

Ce très joli récit d’un homme qu’un rêve d’enfance a guidé jusqu’à sa vie d’adulte, pose la question de la construction de soi, de la quête d’idéal et la part d’utopie, de la complexité de la construction identitaire, de l’affirmation de son orientation sexuelle.

 

Entre l’identification à Nana Mouskouri et l’amour inconditionnel de sa mamie aimée et aimante, Milou a grandi de transferts nourrissants et de compensations protectrices. Sa personnification sera-t-elle réussie ? Arrivera-t-il à devenir ?

 

David Lelait-Helo l’a écrit, Virginie Lemoine l’a adapté pour le montrer et Didier Constant le vit devant nous. Didier Constant est un Milou habité et crédible. Un comédien au jeu puissant et délicat à la fois. Impressionnant.

 

La dramaturgie et l’interprétation dissèquent remarquablement, avec sollicitude et pudeur, les mécanismes de l'identité et revendiquent haut et fort ce que le texte porte d’essentiel : la nécessité d'avoir des rêves pour s’imaginer, pour aimer et s’aimer, pour confronter la réalité aux défis du désir.

 

Avoir des rêves ? « Ça sert à se lever le matin et à traverser la journée, et la vie aussi. Ça donne du sens à ce qui n'en a pas. » 

 

Un spectacle émouvant, drôle et d'une force de vie phénoménale. Le texte est troublant et touchant. La théâtralité dynamique et captivante. L’interprétation d'une profondeur incroyable. Une pépite théâtrale. Je recommande vivement.

 

Spectacle vu le 8 juillet,

Frédéric Perez

 

De David Lelait-Helo. Adaptation et mise en scène de Virginie Lemoine assistée par Laury André-Aubry. Composition musicale de Stéphane Corbin. Éclairage de Denis Koranski. Scénographie de Grégoire Lemoine.

 

Avec Didier Constant.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :