Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Une fable sociale simplement énoncée et captivante, aux allures d’un conte de Noël qui oscille en permanence entre « drame du pouvoir » et « comédie de la vie ».

 

Le spectacle est tiré du film mythique de Frank Capra « it’s a wonderfull life » qui soixante-treize ans plus tard n’a rien perdu de sa valeur démonstrative des ressorts du petit peuple aux abois préservant coûte que coûte, face à l’adversité, son humanité digne et ses droits à des parts de bonheur. Un récit qui brosse aussi, au travers de la description passionnante du personnage principal, les soubresauts, les sauts et les pas de côté de la « société américaine » de l’après-guerre.

 

Ce remarquable travail de troupe, doté d’enthousiasme dans les moments de joie et d’ardeur dans les moments de tristesse, confère à la représentation un univers merveilleux où le fantastique se conjugue au naturalisme. Le texte égrène avec chaleur et bienveillance les codes d’honneur : la solidarité, la parole donnée, l’équité et le courage, les opposant aux ravages des rapaces de la bourgeoisie d’affaires qui confond toujours et encore richesse avec droit, échange social avec négociation commerciale.

 

« Enfant, George Bailey rêvait de devenir explorateur. Alors qu’il se prépare à quitter la petite ville de Bedford Falls pour voyager et étudier, le décès soudain de son père l'oblige à reprendre l’entreprise familiale, qui permet aux plus modestes de se loger dignement.  Mais cette entreprise est menacée par Potter, homme puissant et sans scrupules qui possède la moitié de la ville…Alors qu’il pensait avoir enfin sauvé son entreprise, son oncle Billy égare une grosse somme d’argent indispensable à sa survie et, la veille de Noël, Georges, désespéré et acculé, s’apprête à se jeter d’un pont … Clarence, un ange qui, pour gagner ses ailes, doit l’aider à sortir de cette mauvaise passe… »

 

Le parti pris de la mise en scène de Stéphane Daurat, une narration contée en chorale entremêlée de scènes jouées, donne l’impression d’une histoire à tiroirs dans laquelle les rebondissements se suivent, le prochain prévenant le suivant. Les changements à vue des décors stylisés, parfois en même temps que les jeux, renforcent la fluidité de l’ensemble et maintiennent en suspens l’attention du public.

 

La personnalité du personnage de George joué avec une fougue sobre et émouvante par Thierry Jahn est révélatrice des archétypes signifiants d’une société providentielle, courageuse et performante. Une société où l’individu doit être fort ou ne pas être.

 

À lui seul, ce personnage est symptomatique dans son identité et sa personnalité. Les autres personnages viennent consolider et colorer la complexité qui le constitue. Enfermé dans le diptyque [Sauveur-Victime], George s'illustre avant tout comme le sauveur des autres, quitte à agresser à son tour l’ennemi, le richissime Potter, qui les menace. Mais là où il est intéressant d’observer le texte et la pièce le montre parfaitement, c’est le statut de victime dans lequel il s’enferre. Un statut qui est double. George est à la fois victime de ses agresseurs et victime de lui-même, de son image insatisfaite, allant jusqu’à l’abnégation et le suicide.

 

La distribution se partage les vingt-cinq rôles du récit (oui oui, et c’est sans accroc), hormis Thierry Jahn qui joue George et Catherine Hauseux qui joue l’ange-gardien, tout le long. Sandra Honoré, Hervé Jouval, Alexandre Letondeur, Jérôme Ragon (ce soir-là) et Gwenaël Ravaux sont toutes et tous impeccables, d’une sincérité à toute épreuve et d’une efficacité exemplaire. Bravo la troupe !

 

Un spectacle jovial et émouvant, d’un optimisme volontaire. Une mise en vie agréable. Une interprétation réussie. Un moment de théâtre intéressant et agréable que je conseille.

 

 

Spectacle vu le 21 novembre 2019,

Frédéric Perez

 

 

Texte de Philip Grecian d’après le film It's a Wonderful Life de Franck Capra. Texte français de Stéphane Daurat et Catherine Hauseux. Mise en scène de Stéphane Daurat. Lumière Jean-Luc Chanonat.

 

Avec Stéphane Daurat en alternance avec Jérôme RagonCatherine Hauseux, Sandra Honoré, Thierry Jahn, Hervé Jouval, Alexandre Letondeur et Gwenaël Ravaux.

 

 

Jusqu’au 22 décembre

Du mardi au samedi à 20h00 et le dimanche à 16h00

 

103 boulevard Auguste-Blanqui, Paris 13ème

01.45.88.62.22 www.theatre13.com

 

 

Photo © DR

Photo © DR

Photo © DR

Photo © DR

Photo © DR

Photo © DR

Photo © DR

Photo © DR

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :