Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Un esprit choral règne dans cette succession de tableaux descriptifs et discurcifs sur l'être humain, de sa conception à sa « finitude », comme ils disent.

L'occasion pour les trois jeunes artistes Pierre Devanne, Mélanie Le Duc et Mélanie Surian de brosser dans cette création collective des narrations et des interpellations sur le développement de la personne. Sur le grandissement et les changements qu'il lui faut affronter avec ses peurs et ses résistances. Sur le fil de la vie qui court, ses étapes difficiles, ses rites de passage. Autant de constats sur des étapes redoutées, subies ou sublimées.

Pour nos protagonistes, « devenir adulte » semble soulever autant de questions que de craintes. Ielles traversent cette épopée comme une aventure semée d’embuches dérisoires ou dangereuses, c’est selon. Comme une chasse au trésor de l'identité qui doit se déjouer des obstacles posés par les prescriptions de l'entourage, les normes sociales et les stéréotypes ambiants. C'est dans la douleur que ces personnages grandissent. Au forceps du début à la fin !

Un regard finalement sombre est posé, coloré adroitement par les humeurs de l'ironie, le caustique de la moquerie et la sympathie de la franchise. Ce regard pourrait être celui de la jeunesse contemporaine, croyons-nous comprendre.

Quel qu'il soit, il n'est pas sans interroger le public. Public auquel d'ailleurs les adresses directes en fin de spectacle, micro tendu, montrent du désarroi, dans le silence et le contournement de leurs réponses. Il est difficile et risqué d'établir des interactions avec les spectateurs, le « dedans-dehors » n'est souvent pas aisé.

Mais la question est posée et perdure encore après le spectacle. « C'est quoi devenir adulte ? ».

L'apparente légèreté du texte et la vivacité efficace de son interprétation enveloppent les messages d’un réalisme aux accents pessimistes implacables. Fasse que l’on puisse « devenir adulte », armé·e·s d’aspiration au bonheur, d’espérance de jours toujours meilleurs et d’optimisme résolu projeté vers l’avenir. Quitte à se battre pour cela.

La mise en vie du spectacle est alerte, calée au cordeau et truffée de références contemporaines. L’aisance des jeux tant avec les textes que sur les postures et les mouvements contribue à offrir un spectacle sympathique et généreux. « Au Forceps » nous interpelle avec la fougue rieuse et partageuse de trois jeunes artistes en verve.

Spectacle vu le 4 octobre 2020,

Frédéric Perez

 


Écriture, mise en scène et interprétation de Pierre Devanne, Mélanie Le Duc et Mélanie Surian. Scénographie de Suzanne Barbaud. Lumière de Mathilde Malard. Création sonore de Francis Meunier.

AU FORCEPS est une création de la compagnie À Tout Va

www.compagnie-atoutva.com

 

Photo © Eric Allard-Jacquin

Photo © Eric Allard-Jacquin

Photo © Eric Allard-Jacquin

Photo © Eric Allard-Jacquin

Photo © Eric Allard-Jacquin

Photo © Eric Allard-Jacquin

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :