Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Un spectacle qui s’impose à nous par une monstruosité resplendissante qui touche au sublime. Une évocation spectaculaire de Mark Rothko, personnage détonant de l’histoire de l’art.

 

L’écriture précise et soignée de John Logan, dans la version française de Jean-Marie Besset, restitue l’importance de l’œuvre d’un des plus grands peintres du 20ème siècle. La mise en scène de Jérémie Lippmann et la scénographie de Jacques Gabel, sobres et signifiantes,  magnifiées par les lumières de Joël Hourbeigt, dessinent les contours et le cadre de vie des instants auxquels nous assistons.

 

Et surtout, Niels Arestrup, son intensité dans l’incarnation de ce personnage de légende. Incarnation à la truculence extrapolée jusqu’à l’outrance extatique, saisissante et prégnante, magnifique. Et Alexis Moncorgé, dans le personnage de l’assistant qu’il saura faire évoluer avec la finesse et la présence forte d’un comédien de grand talent.

 

Un spectacle qui conduit le regard et l’écoute du public tout le long, captivé par ce qu’il entend, subjugué par ce qu’il voit, devant ce duel subtile et majestueux entre un maître qui ne veut pas l’être, monstrueux et passionnant Niels Arestrup et son élève qui ne l’est pas, fougueux et juste Alexis Moncorgé. Tous deux totalement habités pas leur opposition, d’une crédibilité époustouflante. C’est succulent.

 

« New-York, fin des années 50, Mark Rothko se retrouve dans son atelier, aux prises avec la commande de vastes peintures murales que vient de lui passer le fameux restaurant du Four Seasons. Rothko donne des instructions à Ken, son assistant, pour mélanger les peintures, assembler les châssis, préparer les toiles... Le jeune homme n'hésite alors pas à remettre en question les grandes théories du maître sur l'art, jusqu'à l'accuser d'hypocrisie et de compromission mercantile. Une joute verbale passionnée puis volcanique s’engage alors entre les deux hommes... »

 

Le texte compose une fiction documentaire aux angles piquants et haletants qui fait ressortir avec exactitude et précision les traits essentiels des périodes de L'expressionnisme abstrait et du Color Field painting movement dont Mark Rothko, ami de Jackson Pollock et admirateur d’Henri Matisse, est l’un des illustres représentants.

 

En peinture comme dans les autres disciplines artistiques de l’image et de l’esprit, une opposition radicale et paradoxale est souvent inscrite dans la démarche de l'artiste entre ce qui a été fait et pensé précédemment et ce qu’il est essentiel d’en connaître. Fuite et fusion, rejet et inspiration.

 

La pièce nous le dit, Arestrup nous le montre, Mark Rothko est un exemple manifeste de cette tendance dévastatrice et subordonnée au passé qu’il faut connaitre pour comprendre le rapport au réel et ce en quoi l’art le transcende, pour aboutir enfin peut-être à composer son propre chemin expressif de couleurs et de formes. Intellectuel cultivé et raffiné, ce peintre n’a jamais dissocier la pensée de la peinture. « Peindre, c’est penser ».

 

Tout ceci, le spectacle nous le fait ressentir ou découvrir. Impressionnant et captivant.

 

Un spectacle habilement mis en vie, imposant par la puissance du texte et par l’excellence manifeste des deux interprètes. Exceptionnelle pièce de la rentrée, à ne pas manquer sans aucun doute.

 

Spectacle vu le 19 septembre 2019,

Frédéric Perez

 

De John Logan. Version française de Jean-Marie Besset. Mise en scène de Jérémie Lippmann. Scénographie de Jacques Gabel. Costumes de Colombe Lauriot Prevost. Lumières de Joël Hourbeigt. Son de Fabrice Naud. Accessoiriste : Morgane Baux. Assistanat à la mise en scène de Sandra Choquet.


Avec Niels Arestrup et Alexis Moncorgé.

 

 

Du mardi au samedi à 21h00 et le dimanche à 15h30

31 rue de la Gaîté, Paris 14ème

01.43.22.77.74 www.theatremontparnasse.com

 

 

 

Photo © J. Stey

Photo © J. Stey

Photo © J. Stey

Photo © J. Stey

Photo © J. Stey

Photo © J. Stey

Photo © J. Stey

Photo © J. Stey

Photo © J. Stey

Photo © J. Stey

Photo © J. Stey

Photo © J. Stey

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :