Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Un spectacle splendide qui restitue à merveille l’univers de Harold Pinter, fait de mots qui courent et se percutent, tout en saillies vachardes et en non-dits révélés, sautillant sur des situations aux allures absconses, souvent absurdes et parfois piquées de surréalisme et de poésie.

 

« Dans un restaurant huppé d'une capitale européenne, deux couples fêtent un anniversaire de mariage et un troisième célèbre une promotion. Autour d’eux et avec eux, les deux hôtesses et le serveur de l’établissement s’activent. »

 

Pinter écrit avec cette pièce qui sera sa dernière, créée en 2000, un portrait au vitriol de la société qu’il abhorre, boursouflée des fausses valeurs d’une démocratie d’apparat. Là où le pouvoir, l’argent et le sexe sont les leviers puissants de la reconnaissance sociale, les étais méprisables de la quête identitaire, les preuves arrachées aux autres s’il le faut de la réussite personnelle. Il y a celles et ceux qui ont et frustrent les autres, et il y a celles et ceux qui n’ont pas et qui cherchent à échanger leurs places.

 

« Une impeccable mécanique de concision percutante et d’ironie acerbe, où les répliques fusent, se croisent et dérapent à la surface d’une réalité autre que celle qui est apparemment exprimée. » écrit le traducteur Jean Pavans à propos de CÉLÉBRATION.

 

« Un mec quelconque ne sait pas qu’il existe d’autres mecs quelconques. D’une manière générale. Je l’ai souvent remarqué. »

 

Au-delà de la dénonciation sourde qui s'expulse ou rampe insidieusement et qui fait de son théâtre un théâtre de la menace qui plane, qui explore les recoins de la pensée individuelle et les stéréotypes de la pensée collective, Pinter sort ici le grand jeu de la noirceur cynique, crue et grossière et de la bouffonnerie manifeste des situations qu’il extrapole à souhait.

 

« Elle m’a mené par le bout du nez, c’est tout.

   C’est drôle. Je pensais qu’elle te menait plutôt par le bout du nœud. »

 

L’hypocrisie vacharde des personnages règne et fait d’eux des monstres de dégout, d’élégance crasse de l’abject. Nous les aimons et les haïssons à la fois tant ils sont drôles de cynisme éprouvé et irritant de bassesse dégoulinante car en fait, ils ne nous surprennent pas. Nous sommes en terrain de connaissance. Ils nous parlent de nous-même et des autres autant qu’ils se parlent entre eux.

 

Un texte superbe. Un spectacle d’une stupéfiante réussite.

 

La mise en scène de Jules Audry est inventive et jusqu’auboutiste. Les répliques comme les situations sont colorées et vivaces, sans appui inutile. Les silences et les effets ponctuent le flot des mots et des actions. Nous passons de scènes franches et réalistes à des moments proches d’un ailleurs improbable. La violence décapante et la poétique irréaliste du théâtre de Pinter sont là. Totalement, simplement, efficacement.

 

La jeune distribution à la fraicheur alerte et renversante de drôlerie montre toute la sensibilité nécessaire pour faire ressortir l’humanité telle que Pinter souhaite la décrire. Quentin Dassy, Francesca Diprima, Léa Fratta, Faustine Koziel, Orane Pelletier, Garion Raygade, Ulysse Reynaud, Marco Santos et Florence Vidal, jouent avec une aisance perlée et une justesse de ton accomplie. Elles et ils font mouche à chaque touche. Chapeau bas mesdemoiselles et messieurs !

 

Un fichu beau travail, surprenant et captivant, cru et cruel, qui sert ô combien le théâtre de Pinter. Un spectacle agréable, drôle et déconcertant, que je recommande vivement de découvrir.

 

Spectacle vu le 7 avril 2019,

Frédéric Perez

 

Texte de Harold Pinter. Texte français de Jean Pavans. Mise en scène de Jules Audry. Création lumière de François Duguest. Collaboration artistique de Anne-Sophie Lombard.

Avec Quentin Dassy, Francesca Diprima, Léa Fratta, Faustine Koziel, Orane Pelletier, Garion Raygade, Ulysse Reynaud, Marco Santos et Florence Vidal

Jusqu’au 28 avril

Du mercredi au samedi à 21h15 et le dimanche à 15h00

94 rue du faubourg du Temple, Paris 11ème

01.48.06.72.34 www.theatredebelleville.com   

Photos © DR

Photos © DR

Photos © DR

Photos © DR

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :