Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Cette pièce de Jean-Claude Brisville est un précis de machiavélisme fourbe, de dialectique redoutable et de rhétorique à la finesse stupéfiante.

 

Le spectacle que Daniel Mesguich et William Mesguich font de ce texte, par leur mise en scène et leur interprétation, un moment rare de théâtre, impressionnant de beauté et de maitrise de jeu.

 

Les éclats de l’éloquence et le cynisme de l’élégance des personnages de Talleyrand et Fouché sont restituées avec une incroyable véracité. Nous sommes cueillis de bout en bout par les échanges entre ces deux hommes politiques qui essayent de se mettre d’accord sur le sort de la France, ce 6 juillet 1821, au cours d'un souper aussi délicat que la joute mémorable à laquelle ils se livrent.

 

La tension est palpable. La négociation est un art dans lequel l’un et l’autre s’illustrent avec brio, sadisme et peur conjugués. Le sarcasme se dispute à l’ironie. La confidence complice ou hostile délivre les secrets volés ou cachés. L’intimidation se joue de la menace par la force de la conviction.

 

Un bras de fer magistral entre deux des plus éminents hommes de pouvoir de notre histoire où l’un semble tenir l’autre qui ne le lâche pas. L’affrontement poussé au paroxysme de la puissance fait de cette dispute hargneuse et distinguée un entrelacs de compromissions et de consensus où il n’est pas aisé de savoir jusqu’au bout s’il y aura un gagnant ou si une conspiration réussira à émerger.

 

Tout est finesse dans ce spectacle, tout est précis et précieux. Les colères éclatantes de Fouché ou les murmures insidieux de Talleyrand ne semblent pas avoir de prise l’un sur l’autre et ne compromettent jamais la recherche d’une entente forcée qu’ils paraissent vouloir trouver ensemble.

 

La lutte est belle tant elle est transpercée d’éclats d’intelligence, de postures courageuses ou lasses, de regard victorieux ou meurtris, de sourires attendrissants ou vengeurs. Jusqu’au bout du souper, nous ne saurons pas son issue.

 

Une pièce prenante et surprenante. Un spectacle beau et envoutant. Nous sortons groggy par ce que nous avons vu et entendu. Une leçon d’interprétation, un temps mémorable de théâtre.

 

 

 

Une pièce de Jean-Claude Brisville.

Mise en scène de Daniel et William Mesguich. Costumes de Dominique Louis.

Avec Daniel Mesguich et William Mesguich.


Jusqu’au 4 mars !

Du mardi au samedi à 21h00 et le dimanche à 15h00

75 boulevard du Montparnasse, Paris 6ème

01.45.44.50.21 - www.theatredepoche-montparnasse.com

 

- Photo © Pascal Gély -

- Photo © Pascal Gély -

- Photo © Pascal Gély -

- Photo © Pascal Gély -

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :