Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

« Nous étions douze à table. Du jour au lendemain, un plat de champignons me laissa seul au monde. » Voilà le point de départ d’une épopée magnifique du « self-made-man » d’un jeune homme des années trente qui revit devant nous en nous la contant, sa fabuleuse d’histoire de lucre et de luxe, d’amour et d’amitié, sans oublier le reste.

 

L’adaptation théâtrale par Éric-Emmanuel Schmitt de cet unique roman de Sacha Guitry, ciselée et fidèle, fait ressortir à merveille l’humour si original de l’auteur, sa verve doucereuse et piquante, son imaginaire extraordinaire et si proche à la fois que nous le retrouvons à nouveau, avec une gourmandise impatiente et un vif plaisir.

 

Un spectacle savoureux et drôle qui jongle avec les mots et les images dans une farandole de paradoxes, de sursauts et de rebondissements, faisant fi des conventions et livrant tout dans la confidence. C’est réussi et délicieux, nous nous y laissons prendre volontiers. Et toujours… ce ton badin et moqueur, élégant et léger.

 

Le roman publié en 1935, fut dédié, ne l’oublions surtout pas, à « l’un de mes meilleurs amis, le hasard ».

 

Cet homme qui raconte sa vie avec une espièglerie parfois sournoise mais toujours altière, qui dévoile et s’amuse de ses propres péripéties avec une courtoisie caustique et une ironie vacharde, semble s’être joué de tout. Du jeu jusqu’à tricher bien sûr, de l’amour jusqu’à s’en bruler les ailes, de l’argent jusqu’aux dettes. De la vie sans doute mais alors jusqu’à la croquer, comme le reste, à pleines dents.

 

LES MÉMOIRES D’UN TRICHEUR, entre confessions narquoises et réminiscences amusées, nous touchent autant qu’elles nous font rire. Cette narration sans concession pour le narrateur et ses contemporains est un chant d’amour à l’insouciance de vivre, aux détournements des usages et  aux bienfaits de la malhonnêteté... rien moins, quoique, enfin bon.

 

La mise en scène de Éric-Emmanuel Schmitt fait de cette narration ponctuée de scènes jouées un moment chaleureux et rieur. Bel hommage appuyé à Sacha Guitry par un générique de début très réussi, clins d’œil astucieux à la magie du jeu et de la triche, dédoublements adroits du personnage-narrateur et ses découpes de séquences entre passé et présent. La théâtralité de cette adaptation et son parti-pris de mise en scène se révèlent captivantes et joyeuses, respectant tout l’esprit du texte.

 

Olivier Lejeune brille d’élégance et de sympathie, nous rendant proche comme un ami son personnage extravagant. Sylvain Katan est d’une efficacité et d’une justesse remarquables dans ses multiples compositions. Chapeau bas, les artistes !

 

Un spectacle comme un de ces petits moments bonheur que le théâtre sait nous réserver. On en sort heureux, le sourire aux lèvres, le souvenir rempli de plaisirs.

 

 

D’après le roman de Sacha Guitry. Adaptation et mise en scène de Éric-Emmanuel Schmitt. Lumières de Jacques Rouveyrollis assisté de Jessica Duclos. Costumes de Virginie H. Décor de Nils Zachariasen. Musique de Mehdi Bourayou.

Avec Sylvain Katan et Olivier Lejeune.

 


Les mardis, jeudis, vendredis et samedis à 19h00, dimanches à 17h30

6 rue de la Gaîté, Paris 14ème

01.43.35.32.31 - www.theatre-rive-gauche.com

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :